lundi 20 août 2018

Sculpture naturelle



Il y a peu, je suis sortie me balader avec ma fille aînée. Je voulais me ressourcer comme souvent ; juste fuir le bruit, les mouvements désordonnés et l'enfermement. La nature est propice au repos et à la méditation. Nous nous sommes alors rendues dans un endroit que j'aime particulièrement, où je parviens de temps en temps à trouver calme et solitude. 

Des arbres, des fleurs, des herbes et la rivière qui court au milieu de tout cela. Ma fille et moi adorons les pierres précieuses et revenues bredouilles de notre tour de marché, nous sommes allées nettoyer celles en notre possession dans l'eau de la rivière. 

C'est à ce moment-là que je suis tombée sur un morceau de bois que j'ai tout de suite voulu prendre avec moi, avec cette impression sourde qu'il m'appelait (En même temps, un bout de bois n'est pas censé parler ni moi l'entendre... mais la communication s'établie parfois bien autrement).

J'aime quand la nature me fait ce genre de cadeaux : je collectionne les plumes, les écorces ou les pommes de pin et les entrepose en digne objets d'art. Les sculptures naturelles ou non également. 

J'ai trouvé celle-ci de toute beauté, remarquant des formes précises à partir de ses cavités, des ombres et des lumières ; ce morceau de bois sculpté par l'onde ne m'appelait pas pour rien, j'en étais convaincue. 

Je travaille beaucoup sur les formes humaines. J'aime énormément la nature mais j'aime aussi la nature humaine, même si parfois les humains me laissent perplexe en bien des occasions. Quoiqu'il en soit, que ce soit l'esprit, les corps visibles et invisibles, j'aime explorer cette part d'humain dans mes dessins. 













Aujourd'hui, j'ai donc décidé de collaborer avec la sculpture naturelle. Elle avait eu le temps de bien sécher sur ma terrasse et ce matin, je me suis souvenu qu'elle était là, à attendre que je daigne m'occuper d'elle. 

Elle a bien voulu poser pour moi. Elle s'est montrée douce et conciliante. 

Avec l'encre, je poursuivais le travail de l'onde au travers des traits de mon stylo plume et du mariage à l'eau, souligné par des ombres bien sombres réalisées à l'aquarelle. 

Des corps sont nés à partir du modèle à la pose endurante : corps masculins et féminins ; la nature fait des prodiges, nous le savons bien !


Corps allongé
En corps sublime








Une femme est née à partir de cette pose ô combien suave. 











Silhouette penchée










Une jambe qui semble se surélever pour permettre au corps de se pencher. On imagine alors la continuité des membres et une tête à peine esquissée.





Et on se rappelle d'où provient cette sculpture naturelle après être tombée du ciel, bien loin de l'arbre qui l'aura vue naître. On se remémore les conditions dans lesquelles on l'a retrouvée, au beau milieu des flots aux rigoles fortes et librement scabreuses. A t-elle vu beaucoup de paysage avant de m'accepter dans sa vie ?

Elle me souffle dans un murmure audible que par moi, que la vie est ainsi faite. Qu'aujourd'hui dans la chaleur de mon foyer elle pourra désormais couler des jours heureux et m'honorer de sa présence. Elle me dit aussi que la force de vivre est plus forte que tout.
Que l'espoir est toujours au bout du chemin.








Découvrez mon site internet : https://amaniglaise.wixsite.com/alg-art31

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Un commentaire fait toujours plaisir !