vendredi 25 mai 2018

Souvenirs du corps


ALG
- Attouchements - viols - mots crus - Violences -


Je vais m'aventurer à parler d'un sujet sensible qui me semble compliqué à aborder. Mais je vais le faire. 

La parole libère.

Ce n'est pas une action préméditée. Quand je dessine ou peins, je suis comme attirée vers un besoin particulier. 

Et aujourd'hui, j'ai été appelée à travailler le corps de la femme : la femme écorchée vive. 
La vie ne fait pas toujours de cadeaux. Chacun le sait.

Chaque expérience de vie signifie quelque chose, du moins, je le crois. Ces expériences sont là pour nous apprendre une leçon, pour avancer, nous dépasser...  

Mais quand bien même, parfois, il faut juste que ça sorte. Et puis parfois, les thérapies traditionnelles ne suffisent pas. Il y a toujours une part de souffrance qui demande à sortir. Une part de je ne sais quoi qui demande à guérir. 

C'est diffus. Je sais que ça me rend confuse. Ce n'est pas évident de parler de tout cela. Pourquoi ?
Cela me met au-devant de mon propre vécu. Mais au fond, je sais pertinemment que toi aussi tu as vécu ça. Et toi. Puis toi aussi. Je le sais. 

Malgré tout, il faut que ces choses sortent. Si ça ne devait pas sortir, je n'aurai pas réalisé ces peintures. 

TRAUMAS

JOURS AGITES
Oui, ces traumatismes ne s'en vont pas comme par enchantement, ce serait trop simple. Le corps se souvient de la moindre blessure aussi petite soit-elle. Chaque centimètre de la peau garde en mémoire ce que le corps a vécu. 
NUITS AGITEES

Et le subconscient agit lui aussi en revivant nuit après nuit chaque détail de ce que l'esprit voudrait bien oublier. 













Le silence s'installe pour ne plus voir la vérité en face. C'est peut-être plus facile de se murer dans les non-dits. Plus facile pour qui ?

SILENCE

Il faut du temps pour faire sortir toute cette part sombre qu'on a emmagasiné avec le temps.
La colère, le déni de soi-même, la culpabilité... Tous ces "pourquoi" qui n'ont pas de réponses.

Il faut du temps pour se reconstruire. Il faut du temps pour apprendre à s'accepter, accepter cette part de soi qui fait qu'on est une femme. 

Le corps de la femme est comme un temple sacré. 
A vénérer et non à souiller. 



RECONSTRUCTION

Le voici :

Ce corps que je ne saurai voir
Celui d'une femme 
Qui fait table rase du passé

Qui cherche la voie

Qui commence à se découvrir

ça commence ICI




Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Un commentaire fait toujours plaisir !